Achieving negative emissions in plastics life cycles through the conversion of biomass feedstock

Flagmr
Must Read
Catégorie : Modélisation
Date :27 novembre 2020
Avis TSC : Les analyses de cycle de vie (LCA) se multiplient dans les articles scientifiques avec des conclusions parfois décalées. Ce n’est pas le cas de celle-ci, dont la conclusion principale est qu’une durée de vie plus longue des objets en plastiques réduit considérablement leur impact sur l’environnement, même pour les polymères d’origine pétrochimique. Cette évidence, que beaucoup ont intuitée, est facile à décrire qualitativement : en augmentant la durée de vie des objets, on a besoin de moins d’objets et donc on peut en produire moins, ce qui a un impact positif sur l’économie des ressources en matière et en énergie pour la production mais aussi pour le transport. De même, un objet à durée de vie longue est acquis pour la fonction qu’il apporte, aussi à durée de vie longue, ce qui motive les usagers à en prendre soin et à ne pas le rejeter dans l’environnement. La LCA présentée ici ne fait que confirmer quantitativement cet aspect. Par contre, sa limite est atteinte lorsque les auteurs suggèrent que l’utilisation des plastiques en fin de vie comme matériaux de construction serait préférable à l’utilisation de matériaux naturels comme le bois. Ce dernier peut substituer les matériaux synthétiques dans beaucoup d’usages au quotidien et en construction. Les filières actuelles n’étant pas structurées pour répondre à cette demande, les résultats des LCA sont négatifs, mais le potentiel existe avec des cultures à rotations courtes, comme le bambou, une sélection des essences locales, une re-localisation des zones de production et la valorisation du travail manuel…
Oliveira, Camilla C. N.; Zotin, Marianne Z.; Rochedo, Pedro R. R.; Szklo, Alexandre.
Biofuels, Bioproducts and Biorefining
Plastics are one of the fastest-growing groups of bulk materials in the world. Yet, a third of plastic waste ends up as terrestrial or marine pollution. As a strategy to lower the carbon footprint of plastics, this study aimed to test the hypothesis that using plastics in long-term applications would bring an environmental advantage due to the reduction of plastic pollution, the achievement of negative CO2 emissions (NETs) by bio-based plastics, and demand reduction for emission-intensive construction materials, such as iron, aluminium, wood, and cement. Cradle-to-grave life cycle greenhouse gas (GHG) emissions of high-density polyethylene (HDPE), polyvinyl chloride (PVC), polyethylene terephthalate (PET), and expanded polystyrene (EPS) were performed for four ethylene production routes. For the final disposal, this study assessed incineration; incineration with energy recovery; recycling; and the orientation of plastics for replacing emission-intensive material construction (longterm applications). Findings show that using plastics as long-lifetime materials could lead to NETs, particularly in the cases of bio-based HDPE, bio-based PET, and bio-based EPS. Hence, an opportunity arises, by producing plastics for long-term applications, to reduce both the carbon footprint and the plastic waste generation that may enter the marine environment.