Antibiotic resistance genes in biofilms on plastic wastes in an estuarine environment

Flagmr
Must Read
Catégorie : Plastisphère
Date :6 novembre 2020
Avis TSC : Les articles se multiplient sur le phénomène de transmission de la résistance aux antibiotiques par les bactéries qui sont présentes sur les débris plastiques. Comme nous l’avons souligné dans de précédents commentaires, les bactéries apprécient particulièrement le style de vie fixé à un support, quelque soit sa taille, sous la forme d’un biofilm. Dans cet état elles secrètent un exopolymère protecteur qui assure aussi la cohésion du biofilm. Le taux de division cellulaire tend à diminuer et les phénomènes de transferts de matériel génétique à augmenter. C’est ainsi que les gènes de résistances aux antibiotiques, localisés souvent dans les plasmides, sont échangés. Cela confère aux populations de bactéries du biofilm une résistance commune qui peut devenir problématique, si ces bactéries intègrent à nouveau la chaîne alimentaire humaine. Les auteurs concluent sur le danger que représentent les débris plastiques dans les estuaires. Ces derniers sont effectivement des vecteurs potentiels, mais l’origine du problème ne provient pas de cette pollution. Elle est à rechercher dans l’usage abusifs des antibiotiques dans le milieu médical ainsi que dans le monde agro-alimentaire où ils sont encore très présents dans les élevages malgré les interdictions. De même, les particules en suspension dans les rivières ont fortement augmenté par l’érosion des sols associées à une agriculture non raisonnée. Celles-ci contribuent aussi à la formation de biofilm et donc à la propagation des gènes de résistance aux antibiotiques. Au lieu de s’inquiéter des effets de la pollution plastique sur ce phénomène, on devrait plutôt s’émerveiller de cet exemple de coopération inter-espèces que nous montrent ces organismes, dit rudimentaires. L’origine et la résolution du problème sont à chercher dans nos habitudes de vie et dans le modèle économique que nous cautionnons. On y trouvera aussi des clefs pour résoudre la pollution plastique.
Guo, Xing-pan; Sun, Xiao-li; Chen, Yu-ru; Hou, Lijun; Liu, Min; Yang, Yi.
Science of The Total Environment : 745
Plastic wastes are ubiquitous in aquatic environment. Biofilms, which are often formed on the surface of plastic waste, may contain antibiotic resistance genes (ARGs). This study focused on the occurrence and distribution of ARGs, metal resistance genes (MRGs) and their associated microbial communities in biofilms formed on different types of plastic, in comparison to associated sediment and water samples taken from the Yangtze Estuary. The results showed that polypropylene (PP) and polyethylene (PE) with visible biofilms were highly abundant, and the average absolute abundance of most tested ARGs in the biofilms was higher than that in the sediment and water, indicating that biofilms on plastics can act as a reservoir for ARGs. Moreover, the biofilms on PE had a higher relative abundance of ARGs, compared to those on other plastics, and Firmicutes on PE may be potential hosts for these ARGs. Furthermore, Bacillus, Mycobacterium and Aseudomonas may be multi resistance genera on plastics, and IeIA and tetW may have more potential hosts on PET and PP. Metals, total phosphorus and salinity may be the major environmental factors regulating ARGs in biofilms formed on plastics. The results provide new insights into evaluating the risks caused by plastic wastes and ARGs in biofilms formed on plastics in estuarine environment.