Incidence of microplastics in personal care products: An appreciable part of plastic pollution

Flagmr
Must Read
Catégorie : Détection et Caractérisation
Date :2 octobre 2020
Avis TSC : Cet article fait le point sur les microplastiques que l’on appelle primaires, c’est-à-dire ceux qui sont mis intentionnellement dans les produits, et en particulier, dans les produits cosmétiques. Aussi nommées microbilles, ils servent de microabrasif dans des pâtes dentifrices dans des crèmes et autres produits où un effet physique est souhaité. Ils sont très difficiles à identifier pour le consommateur, car ils n’entrent pas dans la liste obligatoire des ingrédients de la formulation car ce sont des agents techniques, comme le tube, le bouchon, le joint et l’opercule. Ils ont été bannis des formulations cosmétiques dans les pays occidentaux, mais cette loi est récente et loin d’être appliquée dans tous les pays. Il est à noter qu’avec les règles de libre-échange économique, un pays qui n’applique pas cette loi mais qui entre dans les accords d’échange avec l’Europe, par exemple, peut librement importer ces produits qui contiennent des microbilles en plastique. Ceci est d’ailleurs valable pour tous les polluants qui sont réglementés dans les pays occidentaux. Tant que la formulation ne pose pas de problème toxicologique aigu, une tolérance est appliquée sur ces produits d’importation. Ces microplastiques sont constitués en général de polyéthylène, dont la durée de vie dans l’environnement n’est pas tout à fait connue mais est probablement de plusieurs siècles. Il s’agit donc d’un polluant persistant dont la dégradation sera très lente. Pour l’instant les connaissances sont très limitées quant à son intégration dans les écosystèmes terrestres et marins, en particulier en cas d’ingestion.
Sun, Qing; Ren, Shu-Yan; Ni, Hong-Gang.
Science of The Total Environment : 742
Microplastic had been commonly used in personal care products (PCPs) until it was documented to be a pollutant. The relative contents of microplastics in PCPs decrease in the order of the USA, Europe, and Asia. The geometric means of the abundance and mass of microplastics found in PCPs were 2162 particles/g and 0.04 g/g, respectively. Diameters of PCP-derived microplastics are less than 350 mu m. To quantify the exact contribution of PCPs to microplastic pollution, this review surveyed the existing scientific literature and statistically integrated the findings from 88 literatures. Overall, approximately 1500 tons/year of microplastics from PCPs escape from WWTPs and enter the global aquatic environment. According to the PCP consumption and microplastics levels, the mass emission of global PCP-derived microplastics reach up to 1.2 x 10(4) tons/year. The two figures account for similar to 0.1% and similar to 0.8% of the annual global release of primary microplastics in the world oceans (-1.5 x 10(6) tons/ year). In the last 50 years (1970-2019), up to 3.00 x 10(5) tons of PCP-derived microplastics have accumulated in the environment. The main plastic in PCPs is polyethylene, which is known for being a remarkably resistant polymer to degradation. Even if microbeads are completely banned globally in 2020, microplastics that have been discharged into the environment will still persist for a long time and claim our highest attention. This review provided primary information to deal effectively with the problem of PCP-derived microplastic both now and in the future.