Les fleuves qui charrient le plus de plastique vers les océans

Les 20 fleuves les plus pollués

Voies d'accès directes vers les océans, les fleuves y rejettent chaque année entre 410 000 et 4 millions de tonnes de déchets.

Comme nous aimons le répéter chez The SeaCleaners, la dépollution des mers commence à terre. C’est pourquoi nous avons conçu le Manta comme une solution active et mobile, capable d’agir dans un rayon illimité. Pensé pour opérer dans les embouchures et estuaires des fleuves, là où les nappes de déchets plastiques sont concentrées et n’ont pas encore commencé à se désagréger ou à entamer leur dérive océanique, le Manta est aussi capable d’intervenir rapidement partout dans le monde, suite à une catastrophe naturelle (ouragan, tsunami…) pour collecter les déchets flottants avant qu’ils ne sombrent.

Grâce à une étude menée par Laurent Lebreton, responsable de la recherche à The Ocean Cleanup et membre de notre Conseil Scientifique International, qui identifiait les 20 fleuves les plus pollués dans le monde, nous avons pu définir nos différentes zones d’intervention.

En Asie de l’Est :

Le Yangtse (Chine), le Zhu Jiang (Chine), le Mékong (Thailande, Cambodge, Laos, Chine, Myanmar, Vietnam), le Xi (Chine), Huangpu (Chine), le Brantas (Indonésie), le Pasig (Philippines), Irrawaddy (Myanmar), le Solo (Indonésie), le Dong (Chine), le Serayu (Indonésie), le Tamsui (Taiwan), le Hanjiang (Chine), le Progo (Indonésie)

En Asie du Sud :

Le Gange (Inde, Bangladesh)

En Afrique :

Le Cross (Nigeria et Cameroun), l’Imo (Niger), le Kwa Ibo (Nigéria)

En Amérique du Sud :

L’Amazone (Brésil, Pérou, Colombie, Equateur), le Magdalena (Colombie)

“La gestion des déchets dans ces pays n'est pas en adéquation avec leur développement. Donc au lieu d'être correctement collectés et recyclés, les déchets terminent dans les rues, dans les rivières ou sont amenés dans les cours d'eau à la suite d'inondations.”

Christian Schmidt Hydrogeologist at the Helmholtz-Centre for Environmental Research

Ces fleuves se situent pour la plupart dans des zones en pleine expansion économique, et à forte démographie. Les enjeux, pourtant majeurs, de la pollution plastique, sont relayés au second plan, et les cours d’eau recueillent les déchets domestiques de millions d’habitants. Cette problématique de gestion des déchets est d’autant plus forte dans des zones rurales, peu équipées pour faire face à ce fléau qui ne fait que s’accroître.