Congrès Mondial de la Nature : tous les regards étaient tournés vers Marseille du 3 au 11 septembre

L'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a débarqué dans la cité phocéenne pour une semaine de congrès. Un rendez-vous de la plus haute importance réunissant des milliers d'organisations et qui a accueilli des personnalités publiques prêtes à prendre la parole sur l'urgence d'une biodiversité menacée.

Cette semaine, nous l’attendions avec impatience. L’enjeu d’un tel événement est sans équivoque : faire passer la protection de la biodiversité au premier plan dans les préoccupations mondiales, et prendre enfin des actions concrètes pour répondre aux problématiques liées à une biodiversité en péril.

Divisé en quatre parties, le Parc Chanot était donc prêt dès le vendredi 3 septembre à accueillir ses visiteurs venus du monde entier, dans un environnement décoré pour l’occasion en hommage à la planète bleue.

👇 Elise vous fait visiter les coulisses du plus grand congrès mondial !

Dans les coulisses de l'UICN

LA ZONE OCÉAN

La maquette du Manta avait fière allure dans la zone bleue, dédiée à la protection des océans. Les curieux se sont arrêtés, les rencontrent enchaînées et les discussions sont allées bon train autour de ce géant des mers qui sait attirer l’attention. L’UICN a été l’occasion parfaite de pouvoir échanger sur les différentes initiatives et résolutions à prendre avec les amoureux de la mer, ceux qui la connaissent et la protègent. Comme S.A.S le Prince Albert II de Monaco qui nous a fait l’honneur de sa présence, Jean-Louis Etienne, explorateur ou encore Julie Gautier, notre ambassadrice de marque qui est autant dans son élément dans ce congrès, qu’en apnée dans les profondeurs de l’océan. La présence des ministres françaises de la Mer et de la Transition écologique Annick Girardin et Barbara Pompili ou du Ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer , Virginijus Sinkevicius (Commissaire européen en charge de la protection des océans) ou Peter Thomson (envoyé spécial de l’ONU pour les océans) nous a également montré que l’état actuel des océans est une réelle préoccupation au sein des institutions politiques et que le Manta fait partie, aux yeux de chacun, de la réponse.

LE VILLAGE WASTE WE CAN

À l’extérieur, sur les Espaces Génération Nature, nos bénévoles ont été très actifs. Familles, groupes scolaires ou visiteurs ont eu l’occasion de pouvoir échanger avec notre équipe au sujet de la pollution plastique. Nos outils pédagogiques ont permis de faire comprendre, en s’amusant, les enjeux actuels. Bien qu’habitués à ce genre d’exercice, les SeaCleaners restent toujours agréablement impressionnés par la prise de conscience déjà très développée chez le jeune public quant à la consommation du plastique et aux écogestes; des échanges toujours très fructueux qui nous permettent de garder espoir pour un futur meilleur.

DES TABLES RONDES

Le lundi 6 septembre, nous avons participé à une table ronde sur le Parcours du déchet : une lutte à chaque étape pour réduire l’impact du déchet marin. L’occasion de pouvoir débattre avec différentes organisations de la protection des océans, découvrir de nouvelles initiatives et mettre en commun des solutions.

Cette rentrée 2021 débute fort dans les rendez-vous incontournables sur la biodiversité et le climat. On espère que les échanges effectués lors de ce congrès permettront une prise de décision forte qui répondra aux enjeux climatiques lors de la COP15 à Kunming (Chine) du 11 au 24 octobre, ou la COP26 à Glasgow à partir du 31 octobre.

La communauté internationale scientifique a tiré la sonnette d’alarme, et les leaders d’opinions ne peuvent plus ignorer cet appel.