60% des déchets plastiques déversés par 3% des populations côtières

Pollution des océans

La démographie croissante près des côtes et les comportements humains ne poussent pas à l’optimisme. Les plastiques rejetés dans l’océan, en majeure partie par les populations côtières, se concentrent très rapidement dans certaines zones, au gré des courants et des catastrophes naturelles. Seule une collecte au plus près de la source, et donc des côtes, permet de les collecter efficacement avant qu’ils ne se dispersent, se réduisent ou ne rejoignent les fonds océaniques. Fort de ce constat, Yvan Bourgnon et son équipe au sein de l’association « THE SEA CLEANERS », composée de Patrick Fabre (Fondateur de l’ONG OCEANOPLASTIC), Jérôme Vollet (Designer et ingénieur naval – CEO d’ESY CONCEPT) et Pierre Guyot (Président de PressPartners SA) lancent un projet voué à la conception d’un navire révolutionnaire qui offrira la mobilité nécessaire pour aller au plus près des déversements.

0

millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans chaque année

0

pays génèrent 50% de la pollution plastique océanique

0

ans pour qu'une bouteille en plastique se dégrade

POUR NETTOYER LES OCEANS

Yvan Bourgnon lance « The Sea Cleaners »

Il a souvent, au cours de ses traversées, heurté des objets flottants non identifiés. En 2015 notamment, lorsque le bateau avec lequel il participait à la Transat Jacques Vabre entra en collision avec un container, l’obligeant à abandonner la course. Confronté de façon brutale à la pollution océanique lors de cet incident mais aussi à l’occasion de son récent Tour du monde en catamaran de sport, Yvan Bourgnon a décidé d’agir. Avec la création de son association « THE SEA CLEANERS » dédiée à la lutte contre la pollution océanique, il se lance dans la construction d’un navire révolutionnaire « LE MANTA », collecteur de déchets plastiques. Une campagne de crowdfunding, qui démarre le 14 octobre, signera le début de cette belle aventure.

« Entre 8 et 10 millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans chaque année. Une partie de ces macro-déchets flottants se fragmentent au contact des vagues et des rayons UV pour se transformer en micro-déchets, puis en nano-déchets, assimilés directement par les organismes marins, impactant l’ensemble de la chaine alimentaire marine. D’ici 2025, la quantité de déchets plastiques entrant dans le milieu marin pourraient être multipliée par 10. A ce rythme, en 2050, les morceaux de plastique présents dans les océans seront aussi nombreux que de poissons ! “

 

Yvan Bourgnon
Président The Sea Cleaners

UN NAVIRE REVOLUTIONNAIRE POUR NETTOYER LES OCEANS

Le Manta

Le MANTA doit son nom à la raie Manta pour sa capacité à filtrer l’eau. Ce navire est étudié pour collecter les plastiques océaniques au plus près de la source de déversement, près des côtes. En effet, seul un navire offre la mobilité nécessaire aux déplacements rapides vers les bancs de plastiques encore concentrés par les vents et les courants, avant qu’ils n’entament leurs dérives océaniques vers les « continents de plastique ». Cette mobilité permet également d’intervenir en haute mer, là où la profondeur océanique rend impossible l’ancrage au fond de la mer et où un container immergé accidentellement peut avoir libéré sa cargaison d’objets en plastique. En terme de propulsion, l’utilisation de Kite Wing (cerf-volant) combinée à un système de gréement supportant des voiles classiques, auquel s’ajoute un bloc propulseur hybride, permettra de réduire l’empreinte carbone à son strict minimum.

Un système de collecte inédit

Une rampe de collecte inédite de près de 72m de large permettra de collecter les macro-déchets sans atteinte à la faune aquatique. Ce système biomimétique inspiré des fanons de baleines sera repliable pour les passages de canaux (tels que Panama) et approches portuaires. A bord, un réseau de tapis roulants acheminera les macro-déchets vers les  zones de stockage. Le Manta peut stocker dans ses cuves jusqu’à 300m3 de plastiques, les campagnes de collectes dureront de quelques jours à plusieurs semaines. Un dispositif électronique d’émissions sonores permettra l’éloignement de la faune marine à l’approche du navire, afin d’éviter la pêche accidentelle

Des données collectées indispensables à l’analyse du phénomène

Toutes les collectes seront géolocalisées, évaluées, analysées avant recyclage. Les données seront formalisées à bord et transmises à la communauté scientifique internationale. Elle viendront compter les premières observation effectuées et autres données hauturières réalisés par échantillonnage dans les gyres océaniques.

@FrancisJoyon Francis Joyon

Témoignage vidéo de la semaine

Avantages particuliers

Réductions fiscales à 66%

Avantages fiscaux  pour les particuliers :

Pour les particuliers, la réduction d’impôt est égale à 66 % des versements effectués, dans la limite de 20% de votre revenu fiscal (art. 200 du Code Général des Impôts). Un don de 45 euros, vous coute en réalité 15 euros. Par ailleurs, 75 % de votre don peut être déduit de votre ISF (dans la limite de 50000 euros).

En sa qualité d’association à but non lucratif (loi 1901) d’Intérêt général, l’association The Sea Cleaner est habilitée à délivrer des reçu fiscaux vous donnant droit à réduction d’impôts pour vos dons.

Avantages entreprises

Réductions fiscales de 60%

Avantages fiscaux  pour les entreprises :

Dans le cadre de la législation sur le mécénat d’entreprises ( art 200 du code général des impôts) la réduction d’impôts s’élève à 60 % du montant du don dans la limite de  5 pour mille du chiffre d’affaire (par exemple : pour un chiffre d’affaire de 500 000 euros, le plafond pour pouvoir bénéficier de la réduction d’impôt de 60 % sera de 2 500 euros sur l’exercice en cours.  Un don de 100 euros, vous coute en réalité 40 euros).

En sa qualité d’association à but non lucratif (loi 1901) d’Intérêt général, l’association The Sea Cleaner est habilitée à délivrer des reçu fiscaux vous donnant droit à réduction d’impôts pour vos dons.

Soutenir

La construction du Manta

FAIRE UN DON