Portrait de notre Directrice Scientifique

Depuis le mois de mai, Gwenaele Coat a rejoint l’équipe The SeaCleaners au poste de Directrice scientifique. Nous nous sommes entretenus avec elle, l’occasion pour nous d’en savoir plus sur son parcours et ses projets au sein de l’association.

Etudes et parcours

Issue d’un cursus en océanographie biologique spécialisé dans l’étude des algues, Gwenaele décrit en 1998 une nouvelle espèce d’algue proliférante en Bretagne “l’Ulva Armoricaine”. S’ensuivent des études de communication scientifique à Strasbourg qui confirment son intérêt pour la science, son développement et le traitement de ses problématiques. Ses premiers pas professionnels se feront au CNRS avant de s’envoler pour les Etats-Unis où elle décide de se consacrer à sa passion : l’environnement. C’est cet aspect qui illustrera le reste de sa carrière, et qui la mènera à travailler au sein d’organismes environnementaux tels que la Society for Conservation Biology, The American Association for the Advancement of Science ou encore le CPFD Globals. En 2020, le besoin d’un retour aux sources pousse Gwenaele à rentrer en France où elle intègre à son arrivée The SeaCleaners.

Au sein de The SeaCleaners

Au cœur des débats scientifiques de l’association, Gwenaele est une réelle boussole en relation avec les différents pôles et acteurs de The SeaCleaners. Son objectif est de comparer et de comprendre quelles sont les campagnes scientifiques les plus efficaces pour mettre en place les protocoles des missions scientifiques de l’association, comme celle qui sera opérée par le Mobula 8 en Indonésie fin 2021. Recherche, analyse et partage du savoir sont aussi au cœur de sa mission pour élargir les connaissances du public sur la pollution plastique et les écosystèmes grâce à l’aide de scientifiques spécialisés (présence, dangerosité, espèces menacées, etc.).

Sensibiliser et informer

Au-delà de la recherche scientifique, la communication qui s’y rattache est essentielle. Sensibiliser et informer le grand public et les communautés de par le monde sur la nature des dangers engendrés par la pollution plastique fait aussi partie des missions de The SeaCleaners. Objectif primordial, c’est une tâche que mène assidûment Gwenael en tant que Directrice scientifique. Ce travail de démocratisation et de vulgarisation des connaissances scientifiques est nécessaire à la prise de conscience populaire et politique. En annonçant les avancées et les dangers de la pollution plastique au travers de différentes actions, l’association permet à tous de se familiariser avec le sujet et offre la possibilité à chacun de repenser ses habitudes.

« La communication scientifique et l’exemplarité par l’action sont des vecteurs essentiels pour sensibiliser les populations, essayer de faire diminuer la consommation de plastique et amener les politiques à faire davantage. Dans des combats de long terme, on a besoin de faire savoir et de mettre en avant des victoires intermédiaires pour éveiller les consciences. Aux côtés des acteurs de terrain, il y a donc de la place pour les chercheurs. Les rôles sont complémentaires pour faire bouger les lignes et, chez The SeaCleaners, je retrouve ces deux dimensions », nous explique Gwenaele.

“Avec le Manta et les Mobula, The SeaCleaners va pouvoir démontrer le problème de la pollution plastique avec des images fortes et éveiller les consciences.”

La recherche à l’international

Aujourd’hui, il est impossible de penser la pollution plastique sans un regard à l’international car malgré les frontières qui nous séparent, la planète entière est touchée par ce phénomène. En tant que membre observateur de l’Agence de l’Union Européenne pour l’environnement, The SeaCleaners s’inscrit dans une dynamique internationale et solidaire au quotidien. Aujourd’hui partenaire de l’United Nations Decade of Ocean Science for Sustainable Development, l’ONG participe activement aux solutions de changement pour atteindre les objectifs de développement durable sur 10 ans. Ces initiatives permettent la mise en place de collaborations scientifiques, synonyme d’accroissement des connaissances. C’est la prise de conscience internationale qui permettra d’offrir des réponses ciblées et autorisera le développement de moyens pour pallier la dégradation de l’écosystème océanique.

Chaque jour, les experts membres du Conseil Scientifique International de The SeaCleaners tentent de collecter des données pour réfléchir à des moyens innovants de lutte contre la pollution plastique. Gwenaele, dans ses nouvelles fonctions, aura la charge d’animer ce réseau au service de la lutte contre la pollution plastique.

C’est le mélange des idées, la pluridisciplinarité et la co-construction de solutions qui ont d’ailleurs mené à la réalisation du Manta et des Mobula, bateaux dépollueurs pensés par The SeaCleaners, qui agissent pour préserver la biodiversité et les écosystèmes. Toutes ces démarches sont déclinées dans un but précis : accroître les capacités de l’étude océanique pour trouver des solutions durables à la protection de notre environnement dans une démarche internationale.

“Le Conseil Scientifique International de l’association est pluridisciplinaire et nous accompagne tout au long de nos missions et de nos avancements. Il est là pour valider nos idées, définir nos missions de caractérisation, localisation et quantification des déchets plastiques et nous faire avancer au quotidien. Grâce à ce conseil, nous pourrons ajouter notre grain de sel à la connaissance internationale”, conclut notre nouvelle directrice scientifique.

Bienvenue dans l’équipe, Gwen !

Photo Gwenaele COAT

Directrice Scientifique

Gwenaele COAT